Molson Coors déclare ses résultats pour le premier trimestre de 2017

Principaux résultats du premier trimestre de 2017 (par rapport aux résultats pro forma du premier trimestre de 2016)1,2

  • Volume lié aux marques à l’échelle mondiale : 19,706 millions d’hectolitres, en hausse de 2,1 %
  • Volume lié aux marques prioritaires3 à l’échelle mondiale : en hausse de 6,6 %
  • Chiffre d’affaires net : 2,4 milliards de dollars, en baisse de 0,5 %, et en hausse de 1,0 % en devises constantes
  • Chiffre d’affaires net par hectolitre : 111,93 $, en hausse de 2,4 %, et en hausse de 3,9 % en devises constantes
  • Bénéfice net lié aux activités poursuivies attribuable à MCBC, selon les PCGR des États Unis : 201,9 millions de dollars (0,93 $ par action après dilution), comparativement à un bénéfice net pro forma de 257,4 millions de dollars à l’exercice précédent 
  • Bénéfice sous-jacent après impôt : 165,6 millions de dollars (0,76 $ par action après dilution), en baisse de 12,1 %
  • BAIIA (bénéfice avant intérêts, impôt et amortissements) sous-jacent : 514,9 millions de dollars, en baisse de 3,6 %, et résultat inchangé en devises constantes
  • Économies d’impôt en trésorerie découlant de l’acquisition de MillerCoors de 97,0 millions de dollars au premier trimestre, et dotation à l’amortissement liée à la transaction de 11,2 millions de dollars, déduction faite de l’impôt. Pour l’ensemble de l’exercice 2017, nous prévoyons des économies d’impôt en trésorerie liées à la transaction de près de 390 millions de dollars, et une dotation à l’amortissement d’environ 45 millions de dollars liée à la transaction, déduction faite de l’impôt.

DENVER, Colorado, et MONTRÉAL, Québec – Le 3 mai 2017 - Molson Coors Brewing Company (NYSE : TAP; TSX : TPX) a annoncé aujourd’hui un bénéfice net lié aux activités poursuivies attribuable à MCBC, selon les PCGR des États-Unis, de 201,9 millions de dollars au premier trimestre, soit un résultat en baisse comparativement à un bénéfice net pro forma de 257,4 millions de dollars à l’exercice précédent. Cette baisse est imputable à la diminution des profits nets tirés des éléments inhabituels et des autres éléments non liés aux activités de base au cours de l’exercice considéré, à la baisse des volumes dans le secteur États-Unis, à la place accrue occupée par les produits auxquels des coûts plus élevés sont associés, à l’amortissement accru lié aux marques, ainsi qu’à la hausse des coûts du siège social. La Société a également déclaré une baisse de 12,1 pour cent du bénéfice sous-jacent après impôt au premier trimestre de 2017, en raison de la diminution du bénéfice des secteurs États-Unis et Canada, ainsi que de la hausse de la dotation à l’amortissement au titre des marques et des coûts du siège social. 

M. Mark Hunter, président et chef de la direction de Molson Coors, a déclaré : « En raison de la conclusion de la transaction liée à MillerCoors vers la fin de l’exercice précédent et des changements que nous effectuons afin d’harmoniser et d’améliorer notre organisation, l’exercice 2017 constituera une période de transition au cours de laquelle nous accroîtrons l’envergure et la solidité de notre entreprise, tout en maintenant notre objectif d’être une entreprise de premier choix. Nos résultats d’aujourd’hui reflètent donc l’accroissement des investissements dans les facteurs qui nous permettront de faire croître le chiffre d’affaires, de réduire les coûts, d’accroître le bénéfice, de générer des flux de trésorerie, de réduire la dette et de stimuler le rendement total pour les actionnaires au cours des prochains exercices. » 

« La baisse du bénéfice sous jacent au premier trimestre par rapport à l’exercice précédent tient principalement à la hausse de la dotation à l’amortissement au titre des marques et à la diminution des volumes du secteur États Unis en janvier et en février pour l’exercice considéré, ainsi qu’à la prise en compte du bénéfice élevé comptabilisé à l’exercice précédent. Le bénéfice sous-jacent après impôt au premier trimestre de 2016 avait augmenté de plus de 35 pour cent sur une base pro forma par rapport à 2015, notamment en raison d’avantages découlant de la dynamique des stocks et du moment auquel le congé de Pâques a eu lieu. Nous avons également effectué des investissements supplémentaires au cours de l’exercice considéré, afin de renforcer nos activités et nos capacités à l’échelle mondiale. Bien que l’exercice ait démarré lentement, les tendances au chapitre des volumes se sont améliorées depuis les mois de janvier et de février, nous avons réalisé des progrès importants en ce qui a trait à notre approche visant à être le premier choix dans chacune de nos entreprises, et nous sommes convaincus que nous pourrons concrétiser nos plans d’affaires pour l’ensemble de l’exercice. » 

Lire l'article complet

Voir toutes les actualités